Rechercher

A COURT DE VIVRE

Dernière mise à jour : 27 janv.

Devant tant d’humaine détresse

De galère au coin de la rue

Face à tant d’indélicatesse

Désespoir en espoirs déçus

Devant tant de regards perdus

De cœurs blessés sans plus d’ivresse

Face à tout cet amour déchu

Nous sommes… nous sommes…

À court de vivre… à court de vivre…


Devant tant de mépris haineux

D’un genre si particulier

Face à tant de jeux et d’enjeux

Désopilants en os pilés

Devant tant de colère larvée

Cris en sourdine assourdissants

Face à tant d’amer tuméfié

Nous sommes… nous sommes…

À court de vivre… à court de vivre…


Devant tous les déserts arides

De nos consciences assoiffées

Face à tant de prières à vide

D’équité ou de tout quitter

Devant tant de misère accrue

D’enfances volées oubliées

Face à la douleur toute nue

Nous sommes… nous sommes…

À court de vivre… à court de vivre…


Mais devant tant d’amour donné

De solidarités ultimes

Face à tant de fraternité

D’espoir en des espoirs sublimes

Devant tant d’innombrable liesse

De désir et de mains tendues

Face à cette belle caresse

Nous sommes… nous sommes…

À court de vivre… à court de vivre…


Oui devant tant d’amour donné

De solidarités ultimes

Face à tant de fraternité

D’espoir en des espoirs sublimes

Devant tant d’humaine tendresse

De partage au coin de la rue

Face à tant de délicatesse

Soyons fous et ne soyons plus…

À court de vivre… à court de vivre…


Paroles & Musique : Harvey De Saltz

14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Devant le mur de mon inconscience Tellement sûr de mon importance Très convaincu de mon évidence… Je garde le cap ! Devant le mur de mon insouciance Persuadé de ma prévalence Très imbu de mon omniscie

Arles. Perle de pierre lovée dans son écrin d’eau Telle une belle amante, caressée dans le dos En plein jour t’ai surprise, fière et à moitié nue Plongée en ton hiver tu ne m’avais pas vu ! Mais ton c

Je m’en allais, en tête un air de liberté. Mon avenir ainsi paraissait idéal. J’allais, et ça m’amuse, à ce moment crucial Retrouver le chemin de tendres vanités. J’écrivais des couplets, nuit et jour