Rechercher

De L'Air De L'Eau (paroles)

De L’Air De L’Eau

Mon vocabulaire n’est fait que de vains mots

Pas un’minc’affair’ que de décrire nos maux :

Tout’cett’soup’qu’on nous sert en nous disant : « bingo ! »

Vas-y joue ton salaire t’auras p’têt’le gros lot


C’n’est pas qu’je sois fier ni même intello

Mais pour me distraire je n’joue pas au loto

Moi c’ que j’préfère c’est jouer sur les mots

Ça me calme les nerfs, ça me rend moins idiot


Et sur cett’terre on n’sera jamais trop

A vouloir faire de l'esprit et du beau !

Des monte-en-l’air mais sans trampolino

Sans montgolfière, acrobates des mots


Mon vocabulaire vise au moins les sans mots

Tous ceux dont la colère aveugle le propos

Tout’cett’soup’qu’on nous sert en nous disant : bravo !

Trimez, bossez mes frères la santé c’est l’boulot


Tous ces va-t-en guerre ces enfants de salaud

Me portent sur les nerfs et me rendent marteau

Ces amoureux du fer, du sang et des pruneaux

Hérauts de la misère, passionnés du chaos


Mais sur cett’terre où tout part à vau-l’eau

Que faut-il faire pour n'pas dev'nir Barjot ?

Loin de nous taire soyons plus radicaux

Bien plus diserts, accro’s à nos bons mots


Mon vocabulaire n’est fait que de vains mots

Pas un’minc’affair’ que de décrire nos maux

Pourquoi dire : mon frère ! et lui tirer dans l’dos

Lui pourrir l’atmosphère, empoisonner son eau ?


Oui sur cett’terre on n’sera jamais trop

A vouloir faire de l'esprit et du beau !

Des monte-en-l’air mais sans trampolino

Sans montgolfière, acrobates des mots


J’aimerais prendre l’air, flotter au fil de l’eau,

Jouer la fille de l’air, l’emporter sur mon dos…


J’aimerais avoir l’air et t’en faire cadeau

Jouer la fille de l’air, t’emporter sur ces mots…





Paroles & musique : Harvey De Saltz

8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

LES TEMPS SONT MUŘS

Devant le mur de mon inconscience Tellement sûr de mon importance Très convaincu de mon évidence… Je garde le cap ! Devant le mur de mon insouciance Persuadé de ma prévalence Très imbu de mon omniscie

ARLES

Arles. Perle de pierre lovée dans son écrin d’eau Telle une belle amante, caressée dans le dos En plein jour t’ai surprise, fière et à moitié nue Plongée en ton hiver tu ne m’avais pas vu ! Mais ton c

Le Chant Des Possibles

Je m’en allais, en tête un air de liberté. Mon avenir ainsi paraissait idéal. J’allais, et ça m’amuse, à ce moment crucial Retrouver le chemin de tendres vanités. J’écrivais des couplets, nuit et jour