Rechercher

LES TEMPS SONT MUŘS

Devant le mur de mon inconscience

Tellement sûr de mon importance

Très convaincu de mon évidence…

Je garde le cap !


Devant le mur de mon insouciance

Persuadé de ma prévalence

Très imbu de mon omniscience

Je garde le cap !


L’ambiance chauffe

Mais je n’en ai cure

Terre en surchauffe

Les temps sont muřs


Face au mur de ton ignorance

Tête baissée p’tit bonheur la chance

Les yeux fermés, surtout tu ne penses

Qu’à garder le cap !


Face au mur de ton indifférence

Emmitouflé dans ton arrogance

Oui pour sauver les apparences

Tu gardes le cap !


L’ambiance chauffe

Mais tu n’en as cure

Terre en surchauffe

Les temps sont muřs


Si près du mur de son inconstance

La décadence est son essence

Dans le calme et la nonchalance

Il garde le cap !


Si près du mur de son indigence

A deux doigts de l’obsolescence

Ne regarde pas à la dépense

Il garde le cap !


L’ambiance chauffe

Mais il n’en a cure

Terre en surchauffe

Les temps sont muřs


Au pied du mur de leur innocence

Nous sacrifions nos descendances

Sur l’autel de c’te foutue croissance

Nous gardons le cap !


Devant ce mur de désinvolture

Il est grand temps de freiner l’allure

Ne cédons plus à cett’ dictature

Et changeons…


Tu m’avais dit Papa que la vie serait belle

Qu’elle chanterait comme un vol d’hirondelle

Tu m’avais dit aussi que ma vie serait celle

Que j’inventerais de mes propres ailes…


Si près du mur de l’inconséquence

N’insultons pas notre intelligence

Faisons fi de nos divergences

Et changeons de cap !


Au pied du mur de leur innocence

Nous sacrifions nos descendances

Sur l’autel de c’te foutue croissance

Alors changeons de cap !


L’ambiance chauffe

Réduisons la voilure

Terre en surchauffe

Les temps sont muřs

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

ARLES

Arles. Perle de pierre lovée dans son écrin d’eau Telle une belle amante, caressée dans le dos En plein jour t’ai surprise, fière et à moitié nue Plongée en ton hiver tu ne m’avais pas vu ! Mais ton c

Le Chant Des Possibles

Je m’en allais, en tête un air de liberté. Mon avenir ainsi paraissait idéal. J’allais, et ça m’amuse, à ce moment crucial Retrouver le chemin de tendres vanités. J’écrivais des couplets, nuit et jour

FunamBulles

FunamBulles de la vie Coup d’vent dans l’immoBile Victime de la Be-attitude amBiante Sur le Fil