Rechercher

FunamBulles

Dernière mise à jour : juil. 23

FunamBulles de la vie

Coup d’vent dans l’immoBile Victime de la Be-attitude amBiante

Sur le Fil EnsaBlés dans cette mouvance luBrique

De nos solitudes juxtaposées Réchappés illusoires du Funeste sort

Gagnant à tous les coups

FunamBulles à l’envi

Coup d’rein dans l’immense idée Bien accompagnés jusqu’au dernier relais

Du vide incertain Enivrés de cette douce équation

De nos solitudes parFois superposées Dont les deux inconnues vacillent

Dans l’extrême idée du vide incertain


Douce équation FunamBulles de la vie

Dont les deux inconnues vacillent Coup d’vent dans l’immoBile

A l’extrême idée suBlime Sur le Fil

De l’Ennui De nos solitudes juxtaposées


FunamBulles FunamBulles dérisoires

A la mort à la vie Coup d’gueule au désespoir

Coup d’Feu dans l’agonie Illusoire

De nos espoirs perdus De la Beauté d’y croire


FunamBulles FunamBulles

Comètes particules

Coup d’pied dans la Fourmilière Oh oh FunamBulles

De nos pensées Bien ordonnées

Mh mh mh FunamBulles

Douce équation Oh oh FunamBulles…

Où deux inconnues vacillent

Dans l’extrême idée lucide FunamBulles

De l’haBitude


FunamBulles d’une vie

EquiliBre précaire

Traversées éphémères

Solitudes un temps parallèles


FunamBulles pathétiques

Coup au cœur mort lente

De rechutes violentes

Nos solitudes enlacées



Douce équation

Où les deux inconnues vacillent

A l’extrême idée suBtile

De l’héBétude

(Paroles & Musique : HarveyDeSaltz)

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

LES TEMPS SONT MUŘS

Devant le mur de mon inconscience Tellement sûr de mon importance Très convaincu de mon évidence… Je garde le cap ! Devant le mur de mon insouciance Persuadé de ma prévalence Très imbu de mon omniscie

ARLES

Arles. Perle de pierre lovée dans son écrin d’eau Telle une belle amante, caressée dans le dos En plein jour t’ai surprise, fière et à moitié nue Plongée en ton hiver tu ne m’avais pas vu ! Mais ton c

Le Chant Des Possibles

Je m’en allais, en tête un air de liberté. Mon avenir ainsi paraissait idéal. J’allais, et ça m’amuse, à ce moment crucial Retrouver le chemin de tendres vanités. J’écrivais des couplets, nuit et jour