top of page
Rechercher

LE CHANT DES POSSIBLES

Dernière mise à jour : 27 janv. 2022

Je m’en allais, en tête un air de liberté.

Mon avenir ainsi paraissait idéal.

J’allais, et ça m’amuse, à ce moment crucial

Retrouver le chemin de tendres vanités.


J’écrivais des couplets, nuit et jour, à l’année.

Petit-poucet chanteur, j’égrenais bel effort

Des notes et des mots, ô ce doux réconfort :

De pouvoir, ses idées, coucher sur le papier.


Et je les rejouais, tant et tant, tant et plus,

Quel abandon sonore et quel joyeux chorus !

Puisse ce flot agile, ce baume indicible


Ôter de mon esprit ces méchants vague-à-l’âme,

Inspirer les envies d’une nouvelle flamme,

Une nouvelle vie, comme un chant des possibles !


Un chant des possibles…

Le chant des possibles…


Je m’en allais, et avec moi t’emmenerais

Un paletot pour deux, palais bien idéal

Allons sous le ciel, Muse, loin de ce jeu fatal

Retrouver les chemins de la vivacité


J’écrirais des chansons, des tableaux tu peindrais.

Petits-poucets glaneurs, égrènerions en chœur

Des cailloux, des pensées, ô ce simple bonheur

De partager les fruits de nos complicités


Et nous cultiverions, tous les jours un peu plus

Nos chers jardins secrets, l’un de l’autre éperdus.

Puis, nous regarderions nos enfants impassibles


Sortir de l’herbe tendre en déclinant les gammes

Eclatantes couleurs de ton rire ma Dame

Solaire et merveilleux comme un chant des possibles !


Un chant des possibles…

Le chant des possibles…

Le chant des possibles…

Le chant des possibles…


Je m’en allais…

(Paroles & Musique : Harvey De Saltz)

20 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

A COURT DE VIVRE

Devant tant d’humaine détresse De galère au coin de la rue Face à tant d’indélicatesse Désespoir en espoirs déçus Devant tant de regards perdus De cœurs blessés sans plus d’ivresse Face à tout cet amo

LES TEMPS SONT MUŘS

Devant le mur de mon inconscience Tellement sûr de mon importance Très convaincu de mon évidence… Je garde le cap ! Devant le mur de mon insouciance Persuadé de ma prévalence Très imbu de mon omniscie

ARLES

Arles. Perle de pierre lovée dans son écrin d’eau Telle une belle amante, caressée dans le dos En plein jour t’ai surprise, fière et à moitié nue Plongée en ton hiver tu ne m’avais pas vu ! Mais ton c

1 Comment


René Ciroussel
René Ciroussel
Apr 15, 2021

J adore le chant des possibles un air de liberté bonne soirée bisous à vous tous

Like
bottom of page