Rechercher

Mon Beau Miroir (paroles)

MON BEAU MIROIR.


Mon beau miroir ne s'embue pas

La profondeur de ses ténèbres

Reflète mes désirs

De rêves et d'étoiles


Mon beau miroir ne faillit pas

Sa vérité chauffe mes sens

Les larmes et les peurs

S'éloignent à grands pas


Miroir, mon beau miroir

Dis-moi que je suis la plus belle

Et mon teint à nulle autre pareil (Bis)


Mon cher miroir ne s'embue pas

La profondeur de ses ténèbres

Joue l'étrange lumière

Des ombres de la vie


Mon cher miroir ne pâlit pas

Sa vérité glace mon sang,

Les bribes embellies

Des souvenirs anciens


Miroir, mon beau miroir

Dis-moi que je suis la plus belle

Et mon teint à nulle autre pareil (Bis)


Mon beau miroir ne s'embue pas

La profondeur de ses ténèbres

A fait de moi l'esclave

D'impossibles rêves


Mon beau miroir ne me quitte pas

Je ne vis plus qu'à travers moi

De selfies en "like me"

Narcissiques émois


Miroir, mon beau miroir

Dis-moi que je suis la plus belle

Et mon teint à nulle autre pareil (Bis)


Mon vieux miroir ne s'embue pas

La profondeur de ses ténèbres

irrésistiblement

M'attire vers là-bas


Mon vieux miroir me survivra

D'autres que moi enivrera

Sur les ondes sacrées

Des limbes entoilées


Miroir, mon beau miroir

Dis-moi que j'étais la plus belle

Et mon teint à nulle autre pareil (Ter)


à nulle autre pareil...


Paroles & Musique : Harvey De Saltz

10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

LES TEMPS SONT MUŘS

Devant le mur de mon inconscience Tellement sûr de mon importance Très convaincu de mon évidence… Je garde le cap ! Devant le mur de mon insouciance Persuadé de ma prévalence Très imbu de mon omniscie

ARLES

Arles. Perle de pierre lovée dans son écrin d’eau Telle une belle amante, caressée dans le dos En plein jour t’ai surprise, fière et à moitié nue Plongée en ton hiver tu ne m’avais pas vu ! Mais ton c

Le Chant Des Possibles

Je m’en allais, en tête un air de liberté. Mon avenir ainsi paraissait idéal. J’allais, et ça m’amuse, à ce moment crucial Retrouver le chemin de tendres vanités. J’écrivais des couplets, nuit et jour